Notre histoire

< L’Orchestre L’Équipe >

5163520_théatre, scène, rideau, lumineux, spectacle, gradins, attente.jpg

 A l’origine : la redécouverte de l’opérette

Apparue au milieu du XIXe siècle, l’opérette est un genre musical typiquement français mêlant comédie, chant et généralement danse. Ses qualificatifs sont variés : opérettes-bouffes, opéras-bouffons, opérettes-féeries, opérettes-vaudevilles, folies, ou bouffonneries musicales.

L’opérette alterne numéros chantés – et parfois dansés – et dialogues, se différenciant de l’opéra-comique par l’utilisation de musique dite « légère ».

Si le genre remporte largement les faveurs du public, il n’existe pourtant quasiment plus de représentations d’opérette en France en 1980, notamment à cause de la mauvaise situation financière des grands théâtres de Paris – Le Châtelet, le Mogador ou la Gaîté Lyrique – et des établissements de spectacle en province qui promeuvent le genre.

Un groupe d’amis passionnés par l’opérette, mené par Fabien Attias, fonde à Lyon en 1988 la Compagnie des Artistes Lyriques Associés, appelée plus fréquemment La Compagnie CALA.

Objectif : valoriser le patrimoine de l’opérette en créant une saison annuelle sur Lyon avec ce répertoire. Fabien Attias, à ce moment là chanteur au sein du choeur de l’opéra de Lyon, s’entoure d’autres de ses collègues de l’opéra pour produire ces productions dans un premier temps, sur des petites salles aux environs de Lyon puis sur les salles lyonnaises. L’esprit de troupe est réellement présent à ce moment-là.

Le public retrouve alors avec plaisir sur scène les classiques du genre : La Belle de Cadix et Le Pays du Sourire de Francis Lopez, Phi-Phi d’Henri Cristiné, La Légende Mariano, Un siècle d’Opéra etc.

Le succès de la Compagnie CALA permet à la structure de se développer et d’être à l’origine d’un nouveau souffle de l’opérette en France à partir des années 2000, notamment à Lille, Toulouse et Marseille.

De l’opérette au théâtre musical

Fabien Attias
Fabien Attias

L’arrivée des comédies musicales en Europe, puis des créations et versions revisitées du répertoire traditionnel (La Vie Parisienne, La Belle Hélène) amènent le mot « opérette » – trop connoté – à disparaître petit à petit au profit de « théâtre musical ».

La Compagnie CALA devient ainsi officiellement le Théâtre Musical de Lyon en 2017.

Soucieuse de perpétuer le genre opérette tout en contribuant au renouveau et à la mixité du genre, le Théâtre Musical de Lyon propose aujourd’hui une programmation variée présentant opérettes, mais aussi comédies musicales, opéras, théâtre, concerts et spectacles divers.

Quelques chiffres

Le Théâtre Musical de Lyon, c’est…

  • Plus de 20 000 spectateurs par an
  • Entre 15 et 20 représentations par an
  • Un milliers d’abonnés
  • Une centaine d’adhérents dont la participation bénévole accompagne les activités du TML
  • 200 artistes salariés dont 90% en région Rhône-Alpes
  • 4 salariés permanents à Lyon 1er – Place Louis Pradel
  • Un budget annuel entre 700 000 € et 800 000 € (dont 3% de subventions de la Ville de Lyon)
< L’Orchestre L’Équipe >