Rêve de valse

Opérette d'Oscar Straus à Lyon

RÉSERVEZ

< Précédent Suivant >
Opérette rêve de Valse à Lyon

Sam. à 17h & Dim. à 15h
14 > 15 Janvier
2017
Bourse du travail
/ 20 € à 42 €



OPÉRETTE d’Oscar Straus – Livret de L. Xanrof et J. Chancel

Le 2 mars 1907, le théâtre de Vienne bruisse des mêmes frissons qu’un an et demi auparavant lorsque La Veuve Joyeuse y fut représentée. Ce soir, on donne Rêve de Valse d’Oscar Strauss. Le succès sera une fois encore au rendez-vous… A Paris, l’ouvrage est créé au théâtre Apollo sitôt les représentations de La Veuve Joyeuse terminées (3 mars 1910).La première enchante un public séduit par les prestations d’ Henri Defreyn, le créateur de Danilo, Saturnin Fabre et surtout par la Franzi d’Alice Bonheur sur laquelle la presse de l’époque ne tarit pas d’éloges. Après 1945, l’événement a été la reprise donnée à Mogador par Henri Varna le 22 mars 1947. Evénement, car l’ouvrage a été joué 300 fois consécutivement, soit trois fois plus qu’à la création. Evénement, car il marquait les débuts parisiens de Marcel Merkès et Paulette Merval. Le célèbre couple devait interpréter, toujours à Mogador, une nouvelle production de Rêve de valse en 1962. Ils assurèrent plusieurs longues séries de l’ouvrage en province.

« Oui, c’est une valse de Vienne ! »
L’opérette tient les promesses du titre. La valse y domine, ardente, capricieuse, s’affirmant dans une merveilleuse joie de vivre.

Tout le monde connaît l’aventure de cet officier français devenu prince consort de la Snobie par son mariage avec Hélène, princesse héritière. Mais cette Cour est ennuyeuse et gourmée pour Maurice de Fontségur, habitué à la gaieté et au charme de Paris ! Aussi, malgré l’amour que lui porte sa jeune épouse, il fuira le palais pour aller, en joyeux célibataire, applaudir les musiciennes de la ravissante Franzi.

Une tendre idylle naît entre les deux jeunes gens, idylle bien vite interrompue par l’arrivée inopinée de tous les grands dignitaires de la Cour.
La tendre Franzi comprend alors son devoir, et trouvant dans la musique une douce consolation, elle réunira dans une valse dernière les jeunes époux.

Mise en scène : P. Sybil / Direction musicale : A. Chevtchouk / Chorégraphie : O.Konstantinova
Franzi : Perrine Madoeuf / Fontsegur : Jean Goyetche / Hélène : Véronique Pain / Joachim : Pierre Sybil / Lothar : Grégory Juppin / De Moussy : Matthieu Chapuis / Frédérique : Sonia Findling
Choeur – Ballet – Orchestre de la Cie CALA

RÉSERVEZ

< Précédent Suivant >